domaine jaeger-defaix

Une présentation du domaine ne serait pas complète si on ne parlait pas de ces 6 hectares plus au Sud, à 2 heures de route : Chablis, c’est la reprise du domaine familial du côté de Didier. Pour Hélène, le coeur et l’histoire sont à Rully ! 

De fait, après ses études d’ingénieure agronome et d’oenologue, Hélène n’a eu de cesse de lorgner du côté des parcelles de cette grande tante. Elle y passait toutes ses vacances, y a gagné ses premiers petits salaires, a loupé toutes les rentrées des classes pour pouvoir y faire les vendanges. La grande tante n’avait pas d’enfant, Hélène était la seule intéressée de la famille par ces quelques arpents bien moins prestigieux que les voisines que sont Puligny ou Chassagne-Montrachet. Il n’empêche, Hélène a toujours compris le potentiel de ces terroirs exceptionnels, et rêvait de les vinifier, plutôt que de les voir partir au négoce. Mais il ne suffisait pas d’être de la famille pour que cela soit acquis : Hélène a défendu sa propre cause pendant des années, jusqu’à ce que la grande tante cède. Voilà pourquoi désormais le domaine se targue de cuvées en AOC Chablis, sous le nom du domaine Bernard Defaix, et de cuvées en AOC Rully (blanc et rouge), sous les noms accolés Jaeger-Defaix. Toute une organisation, notamment au grand moment des vendanges, mais après quelques années de mise en place avec leur équipe ici et là, Hélène et Didier parviennent à travailler dans les deux villages. Et bientôt, un demi hectare va venir agrandir le site de Rully : « Quand c’est petit, c’est comme pour les enfants : les demis, ça compte ! » plaisante Hélène.