romualdcardon_riedel

Les clichés ont la vie dure.

Riedel ?

« C’est trop cher ! » Ou… « J’adore, les verres sont vraiment élégants… mais trop fragiles ! » Ou encore : « C’est pas pour un lieu comme ici… nous on est un restaurant de quartier, populaire… »

Après 7 mois de partenariat avec la maison Riedel, de nombreux rendez-vous, le recueil des impressions des nouveaux clients mais aussi des échanges avec des clients Riedel historiques, j’ai eu envie de répondre à ces a priori que j’entends encore souvent. 

Et grâce à l’expertise des équipes de cette verrerie familiale, au-delà de quelques questions-réponses, je vous glisse ici les grands conseils directement liés à vos pratiques en termes de verrerie… Ou comment booster votre service de vin grâce à vos verres !

1. « Des verres oui, mais combien ? »

Pour vous équiper et être serein pour les prochains mois, comptez 1,5 verre par personne : pour un restaurant de 40 couverts, un stock de 60 verres vous permettra d’assurer une rotation fluide et sans stress.

2. « Vous disposez de très peu d’espace de rangement ? »

Ne sortez que les verres nécessaires, gardez le reste en carton pour éviter la casse !

3. « L’important c’est la sélection des vins, les verres c’est pour ceux qui ont du budget… » 

Mais un joli verre à vin fait vendre du vin ! De la même façon que vous apportez un soin tout particulier à vos assiettes et à votre sélection de vins, n’oubliez pas qu’une belle verrerie sur table dès la mise en place apporte une vraie différence. Le client qui a devant lui un véritable verre à vin sera d’autant plus tenté de jouer le jeu de votre carte…

4. Vous avez des clients « gros amateurs » ? Chouchoutez-les !

Pensez à vous équiper d’un lot pour les grands amateurs. 

Le minimum ? Une carafe et 12 verres d’une collection supérieure à celle utilisée pour le service classique, afin de mettre en valeur votre exigence et la qualité des bouteilles ouvertes face à des clients sensibles à ces attentions…

5. Vous ne vous en sortez pas, vous avez le sentiment d’être en réassort permanent ? 

Ce n’est pas normal ! Au-delà de la qualité des verres, il y a peut-être des bonnes pratiques à mettre en place : depuis la main de votre serveur jusqu’au retour à la machine à laver, il y a bien souvent des erreurs toutes bêtes qui peuvent être corrigées. 

Deux exemples :

– un stockage des verres à l’envers sur le buvant : c’est certes bien pratique pour les attraper d’une seule main, mais c’est le meilleur moyen de les fragiliser ! Le « bol » du verre n’est pas supposé soutenir le verre et encore moins être en contact avec votre étagère. À ce rythme, vos verres ne dureront pas 3 mois…

– La répétition des chocs : tout comme notre corps, le verre a une mémoire des chocs ! Le meilleur moyen de les éviter et de prolonger sérieusement la vie de vos précieux calices c’est de vous équiper d’une machine à rack individuel. On vous assure, ça fait une VRAIE différence.

6. Vos verres sont sales (traces de calcaire, transparence endommagée…) malgré un bon lavage ?

Posez vous la question de la qualité ! Si votre verrier source correctement ses matières premières (chez Riedel, bien souvent de la silice), votre verre peut endurer 10000 lavages sans calcairiser et sans traces. 

Le slogan qui résume tout ? Le pas cher coûte cher ! Un peu comme vos chaussures en somme : bien s’équiper dès le départ, c’est aussi une forme de résistance à l’obsolescence programmée et à la surconsommation…

7. Vous proposez des accords mets & vins à vos clients ? 

Valorisez-les ! Proposez des verres adaptés à chaque vin : en plus de votre gamme « de base », comptez 1/3 pour chaque type de verre spécifique.

Exemple : si vous faites 35 couverts, il vous faudra 12 verres de la gamme Syrah, 12 Riesling, 12 Cabernet Franc et 12 Chardonnay.

>> Attention ! Anticipez vos soirées spéciales !

S’il vous arrive de proposer des menus dégustation (Noël, Nouvel an, Saint-Valentin…), il vous faudra facilement 3 fois plus de verres sur ce service. N’oubliez pas de vous équiper en conséquence.

Vous l’aurez compris, au-delà du choix de la marque, il y a aussi tout un tas de bonnes pratiques à mettre en place dans vos espaces. 

Taux de casse important, traces sur les verres après lavage, sensation que vos ventes de vins ne sont pas optimisées… N’hésitez pas à me faire signe : avec Colombe, la responsable de la maison Riedel sur Paris, nous serons ravis de venir vous aider à établir un diagnostic.

Au plaisir d’en discuter avec vous,